Renard Web

Accueil  >  Blog

Passions

passion vitale ou passion mortelle ?

vendredi 28 décembre 2012

Vit-on de nos passions ou nos passions nous empêchent elles de vivre ? Je crois que nous avons tous été confrontés à ce paradoxe au cours de nos vies. Tantôt nos passions sont ce qui nous permet de donner sens au quotidien à notre vie, sont aussi ce qui nous rend intéressants, ce qui nous distingue des autres, un véritable moteur ! Tantôt nos passions sont ce qui nous empêchent de vivre, une envie subie, irrépressible de poursuivre un objet désiré inaccessible qui remplit notre quotidien de nostalgie, de désespoir, voire une passion qui deviendrait une addiction sans espoir.

Où est la différence ?

Qu’est ce qui fait la différence entre ces deux types de passion ? Prenons l’exemple de l’amour. Si l’amour est éperdu mais réciproque, il est un des plus grands épanouissements que l’on puisse connaitre dans sa vie. Si l’amour est passionnel mais non réciproque, il est une des plus grandes causes de désespoir que l’on puisse éprouver. Qu’est ce qui différencie les deux ? La différence tient essentiellement au fait que l’objet de la passion soit constructif ou pas : construire un couple, construire une relation ou au contraire s’abîmer dans l’inaccessible et le désespoir.

J’en arrive à peu près aux mêmes questions que dans mon premier article sur le mal : est ce que la passion m’amène à la plénitude ou au néant ?

Qu’est ce que la passion ?

Par étymologie, le terme de passion désigne ce qui est subi, volontairement ou non, de façon passive.

Quelques exemples parlants :

  • Il est clair que dans le domaine des sentiments, celui qui n’a aucune expérience de la vie affective est malmené par des tempêtes puissantes lorsqu’il découvre la passion amoureuse.
  • La passion du jeu peut être destructive, que ce soient les jeux d’argent ou les jeux vidéos
  • Les sensations extrêmes provoquées par certaines drogues récréatives ou certains comportement à risque ou violent peuvent mener à une addiction totale.

La passion peut être d’autant plus subie que la conscience de soi est faible et que le sujet est isolé. Elle peut devenir alors obsessionnelle et destructrice puisqu’elle efface celui qu’elle gouverne. L’affirmation de soi, la connaissance de soi, l’expérience positive du contrôle et de l’abandon bien canalisés permettent de reprendre le contrôle du cours de sa vie. Il en est de même des interactions avec autrui qui nous permettent, en parlant, d’extérioriser, analyser, comprendre, jauger ce que nous expérimentons. Alors une une passion peut être choisie, assumée, enrichissante.

La passion est un puissant moteur

Les passions bien gérées sont le plus puissant moteur qui soit car non seulement elles énergisent l’individu mais elles sont communicatives. Elles sont une force, un feu intérieur, pour entrainer d’autres individus dans une même aventure affective, entrepreneuriale, politique. La passion donne envie aux autres, elle interpelle, elle donne un sens.

« Rien de grand ne s’est accompli dans le monde sans passion. » Hegel

Trop ou pas assez de passion ?

Le dérèglement des passions fait peur. Trop d’exaltation et on vous bourre de tranquillisations, trop peu de passion et on se shoote aux antidépresseurs...

Mais peut on vivre sans passion ? Peut on mener une vie raisonnable et réglée sans moment d’exaltation ? Le thème a souvent été abordé dans la littérature ou le cinéma : cela veut dire être à la merci du moindre stimulus qui pourra nous sortir de cette apathie et nous entrainer dans une tempête destructrice !! La tempête de la passion est certes dangereuse dans la jeunesse, mais les proches de l’adolescent tiennent lieu de garde fou. Pour un adulte qui est responsable de lui même, se retrouver confronté à des passions d’adolescent après une longue période d’apathie peut être profondément destructeur.

Non, il nous faut des passions, mais des passions choisies, assumées, enrichissantes. Ce choix nous le faisons quand nous fondons un couple, quand nous montons une entreprise, un club, une association...

Une des analyses les plus sensées sur la passion consiste à dire qu’il ne faut désirer que ce qui est bon pour nous, que ce soit désirer ce que Dieu veut pour les mystiques, ou désirer ce qui correspond à notre nature pour un philosophe comme Spinoza [1]. En d’autres termes, se connaitre soi même permet d’avoir les passions qui sont le meilleur moteur et le meilleur moyen d’enrichir sa personnalité et son existence.

  • A un moment donné, ce peut être une révolte contre un joug, mais être en révolte toute sa vie n’est pas une solution, il faut ensuite évoluer vers quelque chose de constructif.
  • A un autre moment, c’est une histoire d’amour passionnelle qui pousse à se dépasser.
  • La passion de la connaissance peut prendre de multiples formes et nous donner des moyens de vivre.

pour aller plus loin :

P.-S.

Cet article fait partie d’une série sur mon blog destinée à former une réflexion quotidienne qui constituera un dictionnaire pragmatique et inconstant pour mieux vivre en tirant profit de l’expérience.


Statistiques

  • Visites : 139
  • Popularité : 15 %

Notes

[1] Ethique