Renard Web

Accueil  >  Blog

Conflit

Résoudre les conflits ou enterrer la hache de guerre ?

dimanche 6 mars 2011

On ne peut pas se permettre de fuir les conflits, on doit les résoudre. Fuir un conflit, c’est laisser pourrir une relation. Le déni ne résout rien non plus. Accepter l’enjeu du conflit, et le désaccord qui est en cause, c’est déjà commencer à le résoudre.

Nous laissons trop souvent des conflits irrésolus, soit parce que nous n’avons pas le courage de les affronter, soit parce que nous n’avons pas le courage de les reconnaître (« non, non, tout va bien »), soit parce que nous croyons les avoir gagnés d’avance par le non-dit.

Cela s’applique à de nombreuses situations familiales ou professionnelles : je me laisse petit à petit marcher sur les pieds, je concède du terrain parce que je n’ai pas le temps de discuter, j’entends quelque chose qui me contrarie mais je suis trop fatigué pour répondre, quelque chose s’est décidé en mon absence, ou je suis tout simplement parti en claquant la porte.

En somme, ces conflits évoluent plutôt qu’ils ne se résolvent d’eux-mêmes, non dans l’intérêt des protagonistes mais selon le rapport de forces existant au moment de la confrontation, et généralement à la plus grande frustration des protagonistes.

Accepter le conflit

Accepter le conflit, c’est déjà reconnaitre deux choses essentielles : il y a un désaccord entre les deux partenaires de la relation, et il y a un enjeu commun mais dont les deux partenaires ne semblent pas souhaiter la même issue.

Définir le désaccord et s’entendre sur le désaccord est déjà une très bonne chose, et je crois même que l’on pourra se rendre compte que beaucoup de conflits pourront s’arrêter là : constater le désaccord et le poser calmement est parfois l’occasion de se rendre compte de l’insignifiance du conflit.

Il peut même arriver que simplement poser les termes du désaccord permette aux deux protoganistes de réaliser que leur intérêt est commun, ou même que le désaccord n’est qu’une question d’interprétation qui peut se résoudre simplement.

Identifier l’enjeu du conflit

Identifier l’enjeu du conflit est crucial si l’on espère progresser vers une résolution. Il y a toujours un enjeu concret, que nous pourrons appeler l’objectif à conquérir, et un enjeu caché que nous pourrons appeler le périmètre à contrôler, ou le périmètre de responsabilité.

En d’autres termes, l’objectif à conquérir, c’est ce que je revendique ouvertement dans ce conflit, et le périmètre à contrôler c’est ce que je revendique sans le dire, et donc tout ce qui générera des conflits ultérieurs tant que la question n’est pas résolue.

Donnons quelques exemples :

  • Si je critique une action, ce n’est pas forcément uniquement pour qu’elle soit faite différemment, cela peut être une façon voilée de dire que je préférerais avoir cette responsabilité plutôt que la personne que je critique. -*C’est aussi vrai dans le domaine familial que professionnel. Si je critique la façon de ranger certaines choses, ça peut être davantage pour exprimer que je suis le maître des lieux que pour réellement améliorer le rangement.

Que faire de l’enjeu ?

On voit ici que l’enjeu réel du conflit nous apprend beaucoup plus sur la façon de le résoudre que les enjeux apparents. Tant que l’enjeu reste caché, il est difficile de trouver une solution qui convienne.


Statistiques

  • Visites : 120
  • Popularité : 84 %