Renard Web

Accueil  >  Blog

Amour

Aimer toujours et davantage

mercredi 29 mai 2013

Aimer, c’est quand même le grand mystère de toute existence. On a envie d’aimer, de tout donner pour le grand amour, et on se révèle tout de même fort démuni pour le vivre au quotidien.

Plusieurs phénomènes pervers se conjuguent en effet pour nous compliquer un tableau idyllique.

Limites et perfection

En premier lieu, on n’est capable de donner que ce qu’on a. Et même si on a trop souvent tendance à s’illusionner sur ce qu’on est capable de donner, surtout en phase de séduction, la réalité du quotidien nous confronte souvent à ce qu’il convient d’appeler notre pauvreté intérieure. Ceci dit, aussi vide soit-on, encore reste-t-il la capacité de se remplir en étant à l’écoute de l’autre. Mais écouter ne s’apprend pas du jour au lendemain non plus.

Ensuite, on a parfois l’impression que la trop grande perfection du conjoint nous renvoie à nos propres imperfections, et au contraire son imperfection nous permet d’être d’autant mieux parfait et nous renvoie une image fort flatteuse de nous mêmes. C’est finalement un problème fort narcissique et inconfortable que nous sommes appelés à dépasser pour aimer mieux et davantage. A l’inverse, le conjoint nous renvoie par moment une image bien peu confortable de nous mêmes. N’est ce pas une vertu même de la vie à deux que de nous sortir de notre narcissisme ?

La banalité

La banalité du quotidien a aussi tendance à éroder la relation de passionnelle en confortable. Là aussi, il faut savoir sortir de l’ordinaire, faire des surprises pour renouveler l’expérience de la découverte. Une attitude positive face à ce risque de banalité est aussi de se demander "qu’est ce que je peux apporter à mon conjoint aujourd’hui ?". Si je m’enrichis, si je m’intéresse au monde, j’ai quelque chose de plus à partager.

Un des risques de la banalité est également de ne plus reconnaitre les sentiments du conjoint. Comme ils s’expriment de la même façon, et qu’on s’y est habitué, on finit par les négliger. Reconnaître les émotions du conjoint est extrêmement important, y apporter attention qu’elles soient positives ou négatives.

Les conflits

Enfin, notre désir de puissance et de domination nous pousse toujours à avoir le dessus, même par rapport à celui/celle qu’on aime. Elle est bien rare la scène de ménage ou chacun s’arrête pour reconnaitre ses torts. Et pourtant cette démarche pour peu qu’elle soit réciproque pourrait éviter bien des crises.

En somme, en amour, nous sommes amenés à grandir toujours et davantage. C’est la recette du bonheur en couple, encore faut il être deux pour y arriver.

  • Aimer, c’est tout donner et se donner soi même. (Thérèse de Lisieux)

La pyramide des besoins

Tout le monde connait la pyramide des besoins [1]. Nous avons des besoins principaux, et lorsque ceux ci sont satisfaits d’autres besoins prennent la relève. Il se trouve que lorsque nous rentrons dans une relation amoureuse, une grande partie de nos besoins affectifs se trouvent comblés d’entrée. Certes les besoins diffèrent selon les besoins, les individus et la relation : tendresse, compagnie, sexualité, confort, écoute, reconnaissance... Mais avec le temps ce sentiment d’intense satisfaction relatif à la satisfaction des besoins s’estompe. Un besoin comblé ne se fait plus sentir, donc la reconnaissance diminue. Un besoin comblé laisse la place à d’autres besoins, ceux ci non comblés.

Une seule solution : se remémorer à quel point notre conjoint nous comble, et lui exprimer notre reconnaissance !!! Ce n’est pas parce qu’on n’a plus faim qu’on n’apprécié pas les bons petits plats !

pour aller plus loin :

P.-S.

Cet article fait partie d’une série sur mon blog destinée à former une réflexion quotidienne qui constituera un dictionnaire pragmatique et inconstant du mieux vivre entre humains. Vous souhaitez les retrouver retravaillés sous forme de livre, il vient de paraître, rendez vous sur le site de l’éditeur.


Statistiques

  • Visites : 534
  • Popularité : 17 %

Notes

[1] je pars ici du concept de pyramide de Masselot pour l’élargir un peu