Renard Web

Accueil  >  Blog

Stress, gérer son stress

Apprendre à gérer son stress avec la méditation

mercredi 16 septembre 2015

Le stress, c’est pas forcément mauvais : tout le monde apprécie le petit coup de stress qui permet de se dépasser, de finir un effort, ou pour atteindre un objectif difficile et pouvoir se reposer sur ses lauriers.

Je me suis dit cela pendant longtemps et cela m’a aidé à supporter des périodes prolongées de stress et puis un jour, ça n’a plus suffi. Pourquoi ?

Du bon et du mauvais stress ?

Qu’est ce qui peut transformer le bon stress en mauvais stress ?

  • Le stress n’est pas prévu pour être chronique : si ça dure trop longtemps sans prendre de moyens pour le gérer, ce sera forcément néfaste.
  • Nous sommes prêts à supporter du stress si cela est justifié (coup de bourre, événement important, gros projet ambitieux…) mais pas lorsqu’il est sans raison. Curieusement celui là fait beaucoup plus mal. Il peut y a voir de nombreuses sources de stress « sans raison », par exemple un chef qui se décide à la dernière minute, des urgences qui n’en sont pas, des changements de dernière minute…
  • J’ai trop d’objectifs ? trop lointains ? Je ne vois pas comment les atteindre ?
  • Je ne me sens pas soutenu là ou j’aurais besoin de l’être.

La plupart du temps des vacances suffisent pour se remettre d’un gros coup de stress… sauf si votre projet vous a poursuivi pendant les vacances. Si on ne peut pas trouver de temps pour se détendre entre deux stress, il finit par s’enkyster et par devenir chronique. Et là le dérapage est proche.

Quels sont les risques ?

Les risques sont évidemment multiples. Le premier d’entre eux est de se pourrir la vie. Et aussi de pourrir la vie de ses proches.

Ensuite il y a des risques sur la santé, et ils sont nombreux. Le système cardiovasculaire réagit très mal au stress qui se traduit régulièrement par des coups de pression. Je ne suis pas ici pour faire un cours de biologie mais la liste serait longue. A terme, le risque c’est le burnout et la dépression : vous êtes tellement vidé qu’il vous faudra des mois, voire des années pour vous en remettre.

J’ai été confronté à deux épisodes comme cela au cours de ma carrière. La première fois, c’était à cause de l’absurdité du management auquel j’étais confronté et du harcèlement chronique d’un collaborateur. La seconde fois, j’étais très investi dans un projet hyper exigeant, et je n’avais pas mis en place d’outils pour gérer le stress. J’ai du me mettre au vert pendant 15 jours, et c’est je pense parce que j’ai détecté à temps, avec l’aide de mes proches, que je franchissais une limite dangereuse.

C’est pourquoi j’ai pris le taureau par les cornes et mis en place des outils préventifs et curatifs.

Gérer son stress

Il existe de nombreux outils pour gérer le stress :

  • La méditation de pleine conscience est la méthode idéale parce qu’elle peut se pratiquer tous les jours, sur des temps courts. Je propose des pistes pour commencer à la rubrique méditation. Depuis que je la pratique moi même, j’obtiens des résultats remarquables et ça tombe bien car la pression professionnelle a sérieusement augmenté.
  • Se mettre au vert, très efficace en curatif. Faire du jardinage, de l’activité physique, profiter de la nature. Là aussi, plus c’est régulier mieux c’est. Ça prend plus de temps que la méditation, mais c’est radical.
  • L’intelligence émotionnelle : c’est un des bénéfices de la méditation, mais cela peut s’acquérir de nombreuses façons. C’est le fait de mieux ressentir ses émotions, de mieux savoir les gérer et les assumer. C’est une façon d’être en accord avec soi même.
  • Pouvoir se confier et avoir un retour. Ce sont nos collègues qui peuvent aussi nous prévenir quand notre stress monte sans qu’on s’en rende compte. Il faut s’entourer de gens de confiance.
  • Favoriser la coopération : à plusieurs, on est plus fort.
  • La relaxation. Nous avons tous notre méthode pour la pratiquer. Ce n’est pas la méthode la plus puissante, mais c’est celle que chacun sait faire, à sa façon. Encore faut-il ne pas rogner sur son temps de relaxation au fur et à mesure que la pression augmente au boulot. Le chemin le plus sur pour le burnout, c’est de commencer à réduire ses temps de détente pour bosser davantage.

Pour aller plus loin :

P.-S.

Cet article fait partie d’une série sur mon blog destinée à former une réflexion quotidienne qui constituera un dictionnaire pragmatique et inconstant du mieux vivre entre humains. Vous souhaitez les retrouver retravaillés sous forme de livre, il vient de paraître, rendez vous sur le site de l’éditeur.

Répondre à cet article


Statistiques

  • Visites : 69
  • Popularité : 82 %