Renard Web

Méditation

la méditation, un outil formidable

lundi 31 août 2015

La question de la méditation est tout à fait centrale, et elle revient dans ce dictionnaire sous différentes formes (voir par exemple contemplation, voir l’invisible, boulimie, prendre le temps d’être plutôt que faire). Car la méditation est un outil formidable pour l’amélioration de soi, pour la réconciliation avec soi même et pour établir une bonne connexion entre le corps et l’esprit.

Qu’est ce que méditer ?

Il existe de nombreuses techniques de méditation, laïques ou religieuses : la méditation de pleine conscience, le yoga, la contemplation, l’oraison… Le point commun entre ces techniques est le suivant : c’est une démarche volontaire de prendre du temps pour se concentrer sur un exercice de conscience qui nous sort de la routine. Ce n’est pas la même chose que la relaxation qui est simplement un laisser aller dans un contexte agréable et reposant. La méditation n’est au contraire pas un laisser aller, mais un exercice de concentration. Et si elle se pratique plus facilement dans un contexte reposant, elle peut en fait se pratiquer partout, même au milieu d’un embouteillage.

Un exemple concret

Nous sommes au lendemain d’une fête que nous avions organisée avec de nombreux amis. Certains sont restés le lendemain, mais l’heure du départ est arrivée. Je constate qu’un de mes amis tourne en rond, discute avec son épouse, semble extrêmement contrarié. Je m’enquiers de son souci qui est le suivant : après ces deux jours de fête, il est temps de prendre la voiture pour rentrer mais il commence déjà à stresser pour son boulot, il pense aux nouvelles responsabilités qu’on lui a imposées et qu’il digère mal. Il ne se sent pas capable de prendre la route, ni de confier le volant à son épouse (ce qui est un autre problème).

En fait, il est tellement désemparé qu’il accepte volontiers mon aide et je l’entraîne un peu à l’écart sur une pelouse verdoyante. Nous nous allongeons dans l’herbe, le regard fixé sur les nuages qui passent, et je commence à animer une forme de méditation qui consister à lui proposer de se relaxer, de faire le vide, et de considérer ses angoisses comme les nuages qui passent. L’affaire prend une demi heure car le stress de départ est immense, mais il en sort détendu, calme, et prêt à prendre le volant.

Tels sont les bénéfices de la méditation.

Comment faire alors ?

Commençons par un exercice très simple, choisissez un endroit calme, installez vous confortablement, mais pas au point de vous endormir, et laissez reposer votre esprit. Chaque pensée qui arrive, laissez là doucement passer comme un nuage passe dans le ciel.

Je peux déjà vous dire ce qui va se passer, vous allez être envahi de pensées parasites. C’est normal, et c’est inévitable, même si cela diminue avec la pratique. Vous allez sans doute également penser à un truc urgent à faire, et avoir envie de vous lever pour aller le régler. ça peut attendre.

Ne comptez pas le temps mais profitez de l’instant présent. Vous êtes là, votre esprit est en repos.

Vous pouvez écouter votre respiration, soyez dans des sensations simples, pas d’analyses intellectuelles, pas d’angoisses, pas de questions, laissez passer tout cela. Quand vous sentez que votre esprit part dans des analyses, dans des regrets, dans des questions sur le futur, dans des spéculations ou des émotions, acceptez les avec bienveillance puis ramenez le tout doucement à ce qui est autour de vous, à vos sensations.

Ce qui est important, c’est la régularité, chaque jour ! Peut être seulement dix minutes, mais chaque jour. Prenons un exemple.

Exemple concret de méditation (retranscrite après expérience)

Je décide d’aller méditer dans un parc des alentours de mon travail, pendant la pause de midi. Je passe le portique de sécurité et je commence à me mettre dans le présent tout en marchant vers le parc, je sens mes jambes qui se posent sur le sol, je vois les arbres qui oscillent au vent, j’entends les voitures qui passent à proximité. Tout cela, c’est du présent, c’est de la sensation immédiate, je suis sur la bonne voie. Je me mets à penser fugitivement au retour au boulot et au travail qui m’attend. Distraction ! Je remets tout doucement mes pensées sur les sensations de l’instant présent.

En arrivant dans le parc, je vois les gigantesques saules qui s’agitent dans le vent, c’est beau, je me laisse habiter par cette beauté, je suis un petit chemin qui serpente dans le parc, tout en observant autour de moi, avec ravissement. Ah les pique-niques du dimanche ont laissé des traces, il y a des ordures. Je me sens dans le jugement, ce n’est pas bon. Je me remets dans le présent et j’accueille ce que je vois sans jugement. J’y suis à nouveau !! Je m’asseois sur une grosse pierre et je regarde le chemin que j’ai parcouru, les saules. Une bourrasque survient, je sens le vent sur ma peau, très rafraichissant. Soudain, je pense à quelque chose qui pourrait s’envoler sur ma terrasse, ai-je pensé à le rentrer. C’est une pensée parasite, je reviens dans le présent. J’accueille le fait que je ne peux rien y changer maintenant, et je me remets à apprécier le moment présent, à me laisser visiter par les sensations.

Sur le chemin du retour, je me dis que je n’ai peut être eu que 2 minutes de méditation, et 18 minutes de distractions, mais c’est déjà pas mal. Je rentre calmement à mon bureau.

Pour aller plus loin

P.-S.

Cet article fait partie d’une série sur mon blog destinée à former une réflexion quotidienne qui constituera un dictionnaire pragmatique et inconstant du mieux vivre entre humains. Vous souhaitez les retrouver retravaillés sous forme de livre, il vient de paraître, rendez vous sur le site de l’éditeur.

Répondre à cet article


Statistiques

  • Visites : 104
  • Popularité : 24 %