Renard Web

Boulimie

Se reconnecter avec soi même pour guérir la boulimie

dimanche 16 août 2015

La boulimie a existé de tous temps, principalement sous la forme de boulimie alimentaire. Cependant, avec la montée du consumérisme dans notre société, d’autres formes de boulimie sont apparues : la boulimie d’achats, la boulimie de distractions (jeux vidéos), la boulimie de sexe, la boulimie d’internet.

La boulimie alimentaire est sans doute plus facile à comprendre pour moi car je l’ai pratiquée au point de prendre de nombreux kilos, que je n’ai pas réussi à perdre tant que je n’avais pas réglé mes comptes avec la boulimie. Le besoin de se remplir d’aliments correspond nécessairement au besoin de combler un manque. Et je pense que les autres formes de boulimies ont les mêmes ressorts : le manque, l’angoisse consciente ou non associée à ce manque.

Les remèdes

A moins de parler d’une boulimie réellement pathologique, qui nécessite un suivi médical ou psychologique, on peut déjà considérer que l’identification du manque que la boulimie vise à combler est le début de la solution. Une autre thérapie, complémentaire et comportementale correspond à prendre le contrepied des comportements boulimiques. A la frénésie, je vais opposer la lenteur...

Pour ce faire, il est indispensable de prendre du recul par rapport au comportement boulimique. Si je me jette sur la nourriture, je vais prendre au contraire le temps de la préparer et de la savourer. Je vais mâcher lentement, réduisant le comportement boulimique en son contraire qui est la contemplation et l’appréciation. Je ne vais surtout pas faire autre chose pendant que je mange, comme regarder la télé. Je me mettrais à manger sans y penser. Il est indispensable de faire des repas équilibrés : si des nutriments me manquent, j’aurais une faim insatiable et naturelle.

Je vais aussi décider d’un comportement à adopter chaque fois que je serais pris d’un accès de boulimie en dehors des repas. Par exemple méditer, ou aller marcher. Une activité qui m’occupe suffisamment pour m’empêcher de manger, ou qui me permette de me concentrer sur l’essentiel.

La méditation apporte quelque chose de puissant pour régler la boulimie, parce qu’elle nous met justement dans un état de reconnexion avec nous mêmes. Prendre le temps de méditer, c’est prendre le temps de s’arrêter et de retrouver un contact essentiel entre son corps et son esprit. C’est un exercice de l’ordre de la réconciliation avec soi même. Personnellement, c’est la méditation qui m’a beaucoup aidé. Une fois reconnecté avec moi même, j’ai retrouvé le goût des bonnes choses, et j’ai retrouvé un sens de la satiété, sans compter que j’avais sans doute moins besoin de compenser des manques en les acceptant mieux.

Récompensez vous

Chaque progrès dans votre attitude, chaque petit changement mérite d’être noté. Adressez vous des félicitations, c’est un renforcement positif de vos nouvelles décisions. Notez toute amélioration de votre bien être, même si elle peut être subjective, et félicitez vous de vos bonnes décisions, décrétez que vous ressentez ce bien être maintenant.

Quand c’est dur, rappelez vous les bons moments et les félicitations que vous vous êtes donné.

Pour aller plus loin :

P.-S.

Cet article fait partie d’une série sur mon blog destinée à former une réflexion quotidienne qui constituera un dictionnaire pragmatique et inconstant du mieux vivre entre humains. Vous souhaitez les retrouver retravaillés sous forme de livre, il vient de paraître, rendez vous sur le site de l’éditeur.

Répondre à cet article


Statistiques

  • Visites : 55
  • Popularité : 40 %