Renard Web

Noël

Le roi est nu

vendredi 28 janvier 2011

Noel s’est perdu depuis longtemps dans les profondeurs de l’hiver. Le paradoxe incroyable de toutes ces fêtes chrétiennes est qu’elles ont été orchestrées il y a bien longtemps pour masquer des fêtes païennes par des recouvrements de date et une liturgie censée les éclipser.

Mais les mémoires profondes et traditionnelles n’ont été qu’étouffées sous le couvercle de la nouvelle tradition, et la liturgie en devenant sclérosée n’a plus à cacher que le roi était nu.

L’enfant de la crèche s’est estompé derrière le bon vieillard barbu qui permet aux commerçants de finir l’année en beauté.

Le mystère de vie éternelle célébré à la Toussaint s’est transformé en lugubre commémoration des deuils inassouvis, elle même éclipsée par la parade macabre et joyeuse à la fois d’Halloween, elle même un retournement spectaculaire d’une célébration bien plus sinistre des peurs éternelles de l’humanité face à la mort (la Samhain).

On pourrait en dire autant de la chandeleur ou de Pâques.

Serait ce le cycle éternel de la vie que la recherche de l’insouciance et de l’oubli qui prenne constamment la place de ce qu’en tant que vieux grincheux on aie considéré un peu trop vite comme de riches et profondes traditions ?


Statistiques

  • Visites : 62
  • Popularité : 31 %