Renard Web

Soyons de petits enfants

Pour accueillir la béatitude et la plénitude

lundi 4 janvier 2016

Jésus, voyant[qu’ils chassaient les enfants de l’endroit où il enseignait], fut indigné, et leur dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. (Marc 10, 14)

Que signifie ce texte ?

Les petits enfants

Message bien mystérieux de Jésus car, franchement, qui souhaiterait redevenir un petit enfant ? Et à quel royaume de Dieu ont-ils donc accès ces enfants ? Regardons les jouer, rire, exprimer leur joie. Les enfants sont dans l’instant présent, dans la jouissance du présent. Ils touchent à quelque chose qui nous est devenu insaisissable, le présent, l’éternel présent. En grandissant, nous apprenons à vivre dans le regret du passé ou la crainte de l’avenir, et nous ne savons plus gouter au présent.

Il nous appartient donc de rechercher ce qui permet aux enfants d’accéder au royaume de Dieu, c’est à dire à la béatitude. Nous pourrions chercher des pistes dans le fameux évangile des béatitudes d’ailleurs. Dans cet autre texte (Matthieu 5, versets 3 à 12 par exemple), Jésus déclare « bienheureux les pauvres en Esprit car le royaume des Cieux est à eux ». C’est donc bien la simplicité spirituelle, la spontanéité enfantine, l’accès immédiat à la joie, l’accueil d’un esprit grand ouvert que Jésus loue chez les simples d’esprit comme chez les petits enfants.

La joie de l’éternel présent

L’enfance est le règne de l’immédiat. Quand je suis enfant, je suis rarement dans la réflexion, mais plutôt dans la jouissance, en positif ou en négatif, de l’instant présent. Je prends de plein fouet tous les événements qui surviennent, comme de grands bonheurs ou d’irrémédiables malheurs que j’aurai sans doute oubliés dans les minutes qui suivent... En d’autres termes, j’accueille tout sans faire de tri. C’est l’accueil qu’il faut retenir de cet esprit d’enfance, et pour le tri, il nous appartient d’être plus ouverts, il est possible qu’en devenant adultes, nous ayons mis en place trop de filtres, trop de tris qui nous empêchent d’accéder au présent, et donc à l’éternel bonheur du royaume de Dieu.

Plutôt que le règne de l’immédiat, choisissons, nous adultes, de savoir goûter l’instant présent. C’est autrement plus juste et plus bénéfique. Nous ne subissons pas, mais nous savourons. Nous sommes dans l’intelligence émotionnelle, le choix conscient et réfléchi d’être présents à nous mêmes et de nous laisser émerveiller par la beauté de l’instant.

Je peux faire cette expérience très simplement, je m’assois devant un beau paysage ou un beau tableau. Et me voilà plongé dans une joie toute enfantine. Qu’elle dure ou pas, cela dépendra de ma capacité à m’arrêter et à me plonger dans la contemplation, mais elle est déjà un signe que je touche à quelque chose de bienheureux, ce fameux royaume de Dieu.

Alors oui, il nous faut, au moins partiellement, redevenir de petits enfants.

P.-S.

Ce texte fait partie d’une nouvelle série que j’intitulerais "méditations bibliques pour les agnostiques". Tous les textes de cette série sont des médiations autour de textes bibliques, mais sans dogme, et sans même nécessiter de croire en Dieu, juste l’envie de faire une expérience spirituelle.

Répondre à cet article


Statistiques

  • Visites : 57
  • Popularité : 53 %