Renard Web

Babel 17

Quand le langage mène la barque...

dimanche 25 juin 2023

Ah les romans de SF des années 70, une imagination débridée qui sort constamment du cadre. A lire Babel-17, on a la furieuse impression que la SF s’est beaucoup assagie depuis.

Babel quoi ?

Mais qu’est ce que Babel-17 puisqu’on en parle. Apparemment ce sont des transmissions dans ce langage, ou ce code, qui sont captées au moment où des actes de sabotage sont commis contre l’alliance terrestre. Babel-17 est-elle un code utilisé par leurs ennemis, les extérieurs ? Les militaires ne s’en sortent pas, et font appel à Rydra Wong, poétesse de son état, mais ancien agent du chiffre, pour en percer le sens. Et voilà Rydra Wong notre héroïne, ultra-intuitive, sans doute télépathe, qui se met en quête d’un équipage et d’un vaisseau pour visiter les lieux qu’elle pense ciblés par Babel-17. Elle est persuadée que c’est une langue, mieux un langage, et elle commence à ressentir les effets de sa fréquentation de cet étrange langage. Je n’en dis pas plus que ce que nous apprennent les premières pages.

Un road trip

Babel-17 est un roman fulgurant, une sorte de trip road hallucinant, mais toujours très structuré et cohérent, sur l’exploration d’un monde futur assez débridé, où les équipages de vaisseaux spatiaux sont guidés par des esprits numérisés synesthésiques, pilotés par des humains modifiés qui tiennent plus de la chimère que de l’humanoïde, et qui ont tous un profond respect pour l’immense poétesse Rydra Wong. C’est aussi tout du long, un questionnement sur le langage, sans jamais être rébarbatif ni pontifiant, une exploration par l’intérieur des méandres du langage et de comment il nous manipule autant que nous le manipulons. On n’est pas simplement sur la problématique du langage, mais sur la question du moi, de la fusion amoureuse et la singularité. Qui suis-je ? De fil en aiguille, de Charybde en Scylla, l’étrange enquête de Rydra Wong fait son chemin, un chemin bien tortueux, pavé d’obstacles et de rencontres inattendues, mais le plus inattendu est l’extraordinaire générosité de l’héroïne, qui fait preuve d’empathie, et plus encore de sympathie pour les individus patibulaires qu’elle croise. Rydra est un modèle d’acceptation de l’autre, dans un monde où les êtres "humains" se font une guerre insensée. Et si tout n’était justement qu’une question de sens ? Comme un oignon, ce roman se lit et se relit par couches successives de compréhension. C’est une curiosité constante qui nous mène à découvrir des sens cachés, sous les sens cachés, et finalement à rentrer, à nos risques et périls, dans le secret de Babel-17.

Arrivée, nouveau départ

Et voilà, retour à la case départ, et nouveau départ vers l’infini : dernière page bouclée et toutes les couches de l’oignon ont été retirées. Nous sommes au germe. Qu’y trouvons nous ? Hum, je ne suis pas sûr que nous y trouverons la même chose car le voyage est le sujet même de cette errance. J’y vois la révélation du malentendu fondamental au sein du psychisme humain qui nous fait prendre l’autre sans nuance comme un allié ou un ennemi, j’y vois ce double paranoïaque au fond de moi qui veut faire la somme de tous les griefs passés et sortir ses griffes. J’y vois le désir inassouvi de toute l’espèce humaine, ah je commence à parler le Babel-17...

Conclusion

Un voyage que je conseille, dans un monde dont on ne peut prétendre tout comprendre, un voyage un peu captif dans le train fantôme, mais avec le plaisir de savourer toutes les attractions imaginées par Samuel Delany.

Répondre à cet article


Statistiques

  • Visites : 53
  • Popularité : 1 %