Renard Web

Romans Eberron, best of D&D

le meilleur des romans d’Heroic Fantasy dans le monde d’Eberron : dernière sortie, The queen of Stone

vendredi 29 juillet 2011

J’ai déjà dit à plusieurs reprises que les romans D&D situés dans l’univers d’Eberron bénéficiaient d’une excellente ligne éditoriale.

Petit aperçu des meilleurs d’entre eux. très bien écrits, ils appartient autant à la littérature pulp (au bon sens du terme) qu’à l’heroic fantasy. Aventures épiques, voyages dans des contrées étonnantes, trésors qu’il vaudrait mieux ne jamais déterrer, ennemis maléfiques et magie omniprésentes sont les ingrédients de ces recettes réussies.

trilogie des "Dreaming Dark"

  • The City Of Towers,
  • The Shattered Land,
  • The Gates of Night

Ecrits par Keith Baker lui même, l’inventeur d’Eberron, ils sont probablement la meilleure introduction qui soit à l’univers d’Eberron, ainsi qu’un grand voyage entre les continents puisque la première partie se passe dans l’étonnante ville de Sharn, la suite sur le continent mystérieux de Xen’drik et le troisième tome part de Xen’drik pour voyager dans les plans et se retrouver sur le non moins mystérieux continent de Sarlona. Plus de détails sur cet autre article.
A lire si vous voulez en savoir plus sur le passé de la maison Canith, les marques draconiques, les forgeliers, et bien entendu Sharn et Xen’drik.

trilogie thorn of Breland

  • Queen of Stone : la deuxième trilogie de Keith Baker commence très fort. Keith a bien maturé son style et nous livre une histoire d’espionnage ultra dynamique au milieu des monstres de Drooam, avec plein de gadgets technomagiques, de mystère et beaucoup de suspense. A lire absolument car il est excellent, à lire également pour découvrir Drooam.
  • Le deuxième tome de la trilogie Son of Khyber se passe à Sharn parmi les porteurs de dracogrammes aberrants et il est relativement convenu et decevant par rapport au premier tome.
  • Thorn of Brelande part ensuite pour sa troisième aventure « the fading dream ». Dans cette histoire épique et riche en rebondissements, parfois hélas peu crédibles, Keith Baker nous livre quelques secrets supplémentaires sur le monde d’Eberron et notamment sur l’origine de la catastrophe qui transforma Cyre en terres du deuil. On retrouve le souffle de certaines des meilleures histoires d’Eberron avec des voyages à travers des lieux incroyables et à un rythme effréné. Il y a aussi quelques moments faibles avec les Eladrins qui sont trop caricaturaux, même si c’est dans leur nature d’être des archétypes vivants. A lire pour ceux qui ont aimé les premières aventures de Thorn et qui souhaitent connaitre tous ses secrets. A lire également pour ceux qui s’intéressent à Dal Quor et à la forteresse Eladrin de Shae Doresh remarquablement décrite (forteresse des rêves oubliés).

trilogie Blade of the Flame

  • Thieves of Blood,
  • Forge of the Mindslayers,
  • Sea of death

Les histoires de l’ancien assassin reconverti en "inquisiteur itinérant" sont amusantes à lire au début mais elles perdent rapidement leur intérêt et nous apprennent relativement peu sur l’univers d’Eberron. Elles se déroulent pour l’essentiel dans les principautés de Lhazâr qui ne sont que vaguement évoquées. Le premier tome est indépendant, et c’est le seul que je conseillerais de lire. Ensuite les personnages principaux n’évoluent guère, ils ne sont d’ailleurs intéressants que par les flash-back vers un passé plus trouble.
Pour les amateurs de romans maritimes, d’îles mystérieuses, de mort vivants, et pour son héros sage et intrépide à la fois. Thieves of Blood raconte l’histoire d’un aventurier légendaire devenu vampire, qui pourrait être à l’arrière plan d’une campagne dans la région. Les 2 autres sont décevants.

The Inquisitives

quatre histoires indépendantes, chacune une enquête dans l’univers d’Eberron ou rien n’est aussi simple qu’il apparait au premier abord.

  • "bound by iron" est l’histoire attachante d’un vétéran qui s’associe à une jeune journaliste pour enquêter sur la mort d’un de ses compagnons d’armes. Il va mettre à jour un traffic très malsain. Intéressant et déroutant depuis la ville de Korth (Karrnath) jusque dans les bas fonds de Beaurefuge (Fairhaven en Aundair).
    Pour les amateurs d’enquêtes avec des détectives qui ont de la personnalité même si l’histoire du traffic de gladiateurs n’est guère originale.
  • "Night of the Long Shadows" ne m’a pas accroché dans les premières pages car il commence par les aventures plutôt sordides d’une petite frappe de Sharn, mais il prend son souffle avec l’arrivée du détective Wren qui se chamaille tout le temps avec son assistant. Très sympa avec quelques bonnes scènes bien trouvées et une relativement bonne description de certains quartiers de Sharn.
    Pour les amateurs de Sharn la cité des tours qui y trouveront quelques quartiers bien décrits.
  • "Legacy of Wolves" est atroce, très mauvais et il n’a d’intérêt que par quelques descriptions du royaume de Thrane et de la lutte de pouvoir entre l’Eglise et son souverain. L’intrigue est évidente, grossière et les personnages, spécialistes de la luttte contre les lycanthropes sont incapables de réaliser que l’évêque de la ville, notoirement allergique à l’argent, et qui fait accuser des innocents par dizaines des crimes du loup garou. Il faut qu’il se jette sur eux pour qu’ils réalisent. Toutes les fausses pistes les plus absurdes (et les plus éloignées de la ville) sont explorées.
  • "The Darkwood Mask " se passe dans la ville de Korth au royaume de Karrnath et on sait dès le début que le méchant de l’histoire est surement le puissant magicien qui porte le masque d’airainite. Seulement voilà, l’enquête ne mène pas tout de suite à lui, et personnellement, je n’ai pas deviné son lien avec l’histoire avant la fin, malgré les nombreux indices. Une bonne enquête pleine de gadgets à la James Bond.
    L’ambiance limite malsaine du royaume de Karrnath est bien rendue.

trilogie Dragon Below : Binding Stone, Grieving Tree, Killing song

Une histoire mouvementée qui commence chez les druides des confins d’Aldyn, se poursuit dans les marais de l’Ombre (Shadow Marshes), et Droam. Les héros se retrouvent malgré eux à lutter contre un culte corrompu mené par un dragon charismatique qui veut libérer un Seigneur de Khyber. Une bonne introduction à tous les territoires sauvages du continent de Khorvaire et une course poursuite pleine de rebondissements. Le dernier épisode se passe au milieu de la communauté Kalashtar de Sharn.
Pour les amateurs de personnages troubles, de contrées peu civilisées comme les marches de l’ombre et le Droam, pour les amateurs et de dragons, du culte de Khyber, et pour ceux qui veulent en savoir plus sur les Kalashtar (surtout le tome 3).
Certains héros (Geth, Ashi, la barde Hobgobelin Ekhaas) se retrouvent dans la trilogie Legacy of Dhakaan du même auteur (voir plus bas).

Tales of the last war

Une série de nouvelles, chacune écrite par les auteurs qui prendront en main les romans écrits ultérieurement. Une bonne occasion de voir de quel auteur vous appréciez le plus le style et une bonne diversité d’histoires, centrées sur l’avenir des cinq nations après la guerre qui les a ravagées. Une des histoires raconte comment des forgeliers ont ramené à Cyre une arme de destruction massive qui devait mettre fin à la guerre, et lève le voile sur le desastre qui a détruit ce royaume.

trilogie "The Lost Mark"

  • marked for death,
  • the road to death,
  • the queen of death

j’ai moins apprécié cette trilogie même si elle contient des éléments très intéressants. C’est sans doute avec le style de l’auteur que j’accroche moins, ou alors avec les éléments narratifs ou le thème de la poursuite. Cette histoire vous intéressera si vous voulez des éléments sur le culte de Vol et ses secrets les plus intimes. C’est l’histoire d’une jeune fille qui porte malgré elle, la marque de la Mort, la marque qui a causé la mort de toute la lignée de Vol et l’a amenée à fonder son culte de mort. La jeune fille est enlevée, son père fera tout pour la retrouver puis ira même défier les dragons dans leur antre pour tenter de sauver sa fille. Le tome 1 vous intéressera si vous voulez mieux connaitre le royaume détruit au centre des cinq nations (les terres du Deuil) et les méandres du culte du Lord of Blades (la nouvelle religion des forgeliers). On apprécie aussi les combats très hauts en couleurs, les voyages en vaisseau volant et les mise en scène grandioses.

The War Torn, quatre romans indépendants d’auteurs différents.

  • The crimson Talisman est une histoire de poursuite infernale, tous les tueurs du monde, notamment le culte de Vol, sont sur les traces de l’héritier d’un artefact immensément puissant (mais quelque peu incohérent). Il doit parcourir le continent sans trop savoir à qui se fier. Ca va à une vitesse folle, la deuxième moitié qui se déroule chez les elfes d’Aerenal est la plus intéressante, y compris un voyage dans la forêt maudite "madwood".
  • The Orb of Xoriat est assez inégal, mais c’est tout de même la rencontre décapante d’un magicien érudit gnome facétieux à la morale flexible et d’un moine-guerrier monomaniaque. A lire pour un épisode de la guerre entre Aundair et Thrane, pour un personnage de prélat corrompu, et pour quelques vues de Fort-de-Flamme (Thrane).
  • In the Claws of the Tiger est excellent. Un archéologue dégouté de sa dernière expédition lors de laquelle il a été trahi par son épouse, reconvertie au culte maléfique de Vol, doit retourner bien malgré lui sur le continent de Xen’drik car il pourrait avoir libéré quelque chose de terrible. Une histoire bien rythmée avec toutes les ficelles d’une aventure à Xen’drik et une happy end surprenante.
  • Blood and Honor, une histoire assez intéressante qui se déroule en Karrnath. Un officier quitte son régiment après une amputation. Pour retrouver son frère disparu dans des circonstances mystérieuses pendant la guerre, il va être obligé de remuer dans son enquêtes certains des sales secrets liées à la nécromancie de sa patrie pendant la guerre, des secrets dont on essaie encore de se laver les mains aux plus hauts niveau de l’état. Un bon équilibre entre fantastique, enquête et action.

trilogie Heirs of Ash, Rich Wulf

  • Voyage of the Mourning Dawn
  • Flight of the Dying Sun
  • Rise of the Seventh Moon

Une des meilleures trilogies Eberron, surtout si on s’intéresse aux artificiers et à la prophétie draconique. Le premier tome laisse dubitatif car les personnages sont assez ambigus et il manque certaines clés pour les comprendre. Les tomes 2 et 3 sont lumineux. Une scène excellente sur le frostfell dans le tome 2 et une enquête très sympa dans le tome 3. Les personnages sont très intéressants de par leur ambiguité et le plus étonnant est sans doute leur mentor, Dalan d’Cannith, un manipulateur d’exception.

Qui plus est l’humour omniprésent est de fort bonne qualité et il y a beaucoup de répliques croustillantes.

The Draconic Prophecies I :

  • the Storm Dragon est assez captivant, et le niveau de magie est élevé. On y retrouve de nombreux ingrédients spécifiques à Eberron, des éléments laissant présager de son futur et surtout la passionnante prophétie draconique. L’histoire montre comment elle peut être interprêtée faussement, comment on peut essayer de la modifier pour son propre intérêt. Intéressant aussi pour l’acharnement que les maisons à dracogramme peuvent mettre à retrouver un fugitif.
  • Le tome 2 Dragon Forge marque le passage à un grand format, plus cher. Les aventures de Gaven continuent, quelque peu moins omnipotent que dans le tome 1, pour ne pas dire la plupart du temps estropié. Ce roman a en outre l’avantage de révéler un peu du "futur" d’Eberron, tel qu’il sera surement lors de sa réédition avec la 4e édition de D&D.
  • Le tome 3 Dragon War est excellent et conclut admirablement la trilogie même s’il est un poil moins flamboyant que les deux précédents.

The Lanternlight files :

  • the left hand of death : Une histoire parfois décousue et incohérente, qui ressemble fort à la retranscription en roman d’un scénario de jeu de rôles. L’artéfact très ancien et très puissant y sert de McGuffin n’est pas très crédible.
    Pour les amateurs de Sharn la cité des tours qui y trouveront quelques quartiers décrits avec plus de détails que d’habitude, et des courses poursuites mouvementées.
  • When Night Falls. lecture abandonnée en plein milieu (difficile de se motiver vu le premier tome, et effectivement ce n’est guère meilleur, c’est du simili roman noir qui confine au ridicule).

Legacy of Dhakaan

  • the Doom of Kings Nous voilà de retour avec certains des héros de la trilogie "Dragon Below" qui avaient déjà sympathisé avec une barde hobgobelin, Ekhaas, à la recherche de la gloire perdue de l’ancien empire hobgobelin de Dhakaan qui précéda la domination actuelle des humains. Nos héros vont se mettre au service du Lhesh Haruuc, celui là même qui s’est taillé un royaume à la faveur de la dernière guerre : Dargun. Vieillissant, et sentant qu’il perd le pouvoir sur les chefs de guerre les plus belliqueux, il charge nos héros de retrouver un artefact datant de l’ancien empire qui pourra être à la fois un symbole de pouvoir et un moyen de consolider sa succession. Une très bonne histoire d’artefact maudit, très palpitante qui brosse un tableau très complet du royaume de Dargun et des moeurs hobgobelines. On attend le tome 2 avec impatience !!!
    Pour les amateurs de bonne fantasy, pour ceux qui souhaitent jouer des aventures en Dargun, et tous ceux qui veulent introduire des reliques de l’empire de Dhakaan dans leurs aventures. Ce roman fait également évoluer le monde d’Eberron.
  • Word of traitors est une suite sur l’excellent thème comment se débarasser d’un artefact maudit tout en gardant le symbole qu’il représente.Word of Traitors. Cet ouvrage est très dense, écrit très petit et je me suis pris à penser que Don Bassingwaithe devrait davantage travailler l’art de l’ellipse plutôt que de nous donner les détails de deux très lourdes intrigues. Ceci mis à part, c’est un ouvrage remarquable sur le Darguun et il vaut tous les sourcebooks qu’on aurait pu attendre. Je ne pense pas qu’il y ait aucun autre roman qui soit à la gloire des hobgebelins et où les elfes se prennent des raclées aussi monumentales.


Statistiques

  • Visites : 1068
  • Popularité : 34 %