Renard Web

Nos princes

un poème sur les élections est il encore un poème ?

vendredi 16 mars 2012

Ils ont conquis le monde mais ils ont perdu le goût de s’asseoir face au soleil et d’accueillir la joie de l’instant. Reclus dans leurs sombres tours, ils complotent sans fin en murmurant profit, dépenses, et rentabilité.

C’est le dernier trésor qu’ils ne nous aient pas volé : nous asseoir face au soleil, et gouter ce pur moment sans autre intensité que celle d’être.

Sans doute au sein des sombres tours, quelqu’un complote pour l’imposer... Non, impossible, ils en ont oublié la saveur et la valeur.

Et si un traître venait leur susurer notre secret ? Impossible vraiment, nous n’avons pas un langage commun dans lequel nous pourrions converser.

Il est possible alors qu’ils viennent écraser nos instants de soleil pour construire une route. Jamais ils ne sauront ce qu’ils ont brisé, jamais ils ne sauront qu’ils auraient pu nous le voler...

Allez bientôt nous élirons un nouveau prince. Bâtira t il une nouvelle tour pour contempler tous ceux qu’il va ruiner ? Enverra t il plutôt ses armées de financiers dans la rase campagne pour grappiller ce qu’il n’avait pas encore fauché. A qui sera t il donc inféodé ? A quel maître encore plus vide et lâche ?

Qu’importe, je gis là dans la lumière. Qu’importe, j’ai cet instant qui ne sera jamais volé.


Statistiques

  • Visites : 125
  • Popularité : 39 %