Renard Web

En ce moment, je lis ... La couronne des 7 royaumes

samedi 29 mars 2008

Les grandes sagas de heroic-fantasy politique de ces dernières années ont été la roue du temps et le trone de fer. J’ai adoré le premier, après avoir eu du mal à m’y mettre, je n’ai pas réussi à accrocher avec le second. Elles se caractérisent généralement par une intrigue extrêmement lente, mais prenante et une foule de personnages secondaires. L’histoire est déclinée au fil des chapitres au subjectif, vue par les yeux des différents protagonistes.

La couronne des 7 royaumes (7 tomes parus en français, 5 double tomes en anglais) est une grande saga beaucoup plus accessible. C’est l’histoire d’un complot visant à mener tout un royaume à la guerre civile. Les comploteurs sont un peuple de magiciens autrefois conquérants, puis vaincus et à présent cantonnés dans des rôles de conseillers/ministres auprès des principaux duchés. Aussi bien la magie que la religion semblent avoir une influence politique importante auprès des Seigneurs locaux.

Les héros sont un prince victime d’un complot et devenu pariah, et un allié improbable du peuple magicien contraint de cacher ses pouvoirs sous peine d’être lui aussi pourchasser. Mais pour aider le prince, il doit se dévoiler aussi.

L’histoire se déroule lentement, au rythme des hésitations politiques, mais avec des scènes d’action, notamment les actions de deux assassins au service du complot. Comme pour beaucoup de ces sagas, chaque tome français correspond à la moitié d’un ouvrage anglais (le public français n’aime pas les trop gros ouvrages) aussi faut il en lire 2 pour arriver au dénouement d’un épisode.

La saga n’est pas aussi magistralement menée que celles que je viens de citer pour plusieurs raisons : quelques incohérences (pourquoi les Seigneurs prennent-ils tous pour conseillers leurs anciens ennemis ?) et elle reste centrée autour de quelques personnages (ce qui la rend plus simple à suivre finalement mais moins épique), quelques longueurs.


Statistiques

  • Visites :
  • Popularité : 0 %