Renard Web

La parabole des talents

Les talents, nous les faisons grandir ou nous les enterrons ?

samedi 6 février 2016

Aujourd’hui, nous analysons un texte biblique célèbre dans l’évangile de Matthieu : la parabole des talents. S’il s’agit d’argent à faire fructifier dans la parabole, il s’agit bien dans son interprétation spirituelle des dons que nous avons reçus à la naissance !

La parabole des talents

Un maître part en voyage, en laissant différentes sommes d’argent à ses serviteurs (des Talents). A son retour, il récompense ceux qui ont fait fructifier les talents, et réprimande ceux qui les ont enterrés. Évangile selon Matthieu, chapitre 25, versets 14 à 30

Au coeur de notre système de pensée

S’il y a une parabole de Jésus qui soit riche d’enseignements que l’on soit ou pas en recherche spirituelle, c’est bien la parabole des talents. Elle peut parler à chacun, parce qu’on y voit évidemment nos propres talents, les dons qui nous ont été donnés à la naissance et que nous devons faire fructifier. Ce texte pourrait sembler anodin à beaucoup d’entre nous, mais c’est uniquement parce que le concept de faire fructifier nos talents a fait son chemin dans notre civilisation, et qu’il est en pilier de notre vision du monde.

Il nous appartient donc de faire fructifier nos dons, c’est un devoir moral. Et c’est aussi une idée qui a changé le monde, parce que dans le monde antique, ça n’était pas ainsi, il y avait des maîtres et des esclaves, et les esclaves faisaient fructifier le champ des maîtres. On veut parfois nous faire croire qu’il en est toujours ainsi et que le capitalisme consiste à laisser quelques nantis profiter des talents des autres. Mais je dirais que même si le capitalisme n’est que rarement vertueux, il ressemble aussi beaucoup à ce maître de l’évangile qui récompense ceux qui ont travaillé dur.

Jouer le jeu, ou se révolter en enterrant ses dons ?

Nous sommes donc dans un univers marqué par la parabole des talents. Jouer le jeu de ce monde, c’est jouer le jeu des talents. Lorsque nous faisons fructifier nos talents, nous touchons nous aussi notre récompense. Refuser de jouer le jeu, c’est enterrer les talents comme le fait le mauvais serviteur. La clé de tout cela est la confiance. C’est la méfiance qui fait enterrer le talent…

Il y a une autre dimension dans cette parabole des talents, et nous touchons du doigt quelque chose de plus profond, de plus spirituel encore. Deux serviteurs ont répondu à l’appel des talents, l’un qui en avait reçu cinq et l’autre qui en avait reçu deux. Nous ne sommes pas égaux devant les talents, nous n’avons pas reçu les mêmes. Il ne faut peut être pas les compter et les comparer, ce n’est pas forcément ce à quoi nous entraine cette parabole, mais il faut accepter qu’ils sont différents, et ne pas jalouser ceux qui en ont apparemment plus.

Quels sont les meilleurs talents ?

Que savons nous du sens ultime de notre vie ? Est ce la jouissance de ce qui nous semble le plus lumineux aujourd’hui ? Est-ce que ceux qui ont reçu tous les talents qui brillent (gloire, beauté, intelligence remarquable…) ont vraiment reçu les cinq talents ? Ou est-ce que les meilleurs talents sont ailleurs, plus laborieux, plus cachés ?

Et qu’en faisons nous ?

Nous arrivons maintenant à la question centrale : que faisons nous de nos talents ? Les avons nous simplement identifiés et fait fructifier, ou les avons nous enterrés ? Est-ce un maître cruel qui nous punira si nous n’en avons pas fait bon usage ? Ou est-ce nous mêmes qui nous infligeons la punition en enterrant ce qui était notre don le plus précieux ?

Prêt à découvrir la suite de ce texte et à poursuivre la méditation ?

P.-S.

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez sans doute mon livre de psychologie positive "vivre mieux", sorti chez lulu.

Ce texte fait lui même partie d’une nouvelle série de réflexions sur la bible, destinée aux agnostiques comme aux croyants, pour tous ceux qui veulent approfondir leur vie spirituelle.

Répondre à cet article


Statistiques

  • Visites : 84
  • Popularité : 55 %