Renard Web

La mystérieuse machine mangeuse de chair

Episode 3 de notre nouvelle interactive "la menace invisible".

dimanche 29 septembre 2013

Partant du principe que les aéthérites sont des abominations constituées de chair animée, voici la suite de notre histoire...

Ni les accords timides et maladroits de la fanfare militaire qui répétait dans la cour, ni les odeurs de cuisine qui descendaient par le soupirail ne pouvaient distraire Urgïsmol de ses réglages obsessionnels. Il sentait que ces derniers ajustements sur les potentiomètre de son électrostimulateur à ondes théta était la touche finale de sa dernière oeuvre. Si ses derniers calculs étaient juste, il aurait achevé avant le soir même la construction de la machine qui rendrait le savant célèbre dans les académies de la capitale. Cette machine était capable de désynchroniser les montagnes de chair qu’étaient les aéthérites. Si ses calculs étaient justes, ceux-ci, une fois confrontés aux rayons engendrés par la machine ne pourraient que succomber à ses effets dévastateurs, chaque morceau de viande du corps des aéthérites réclamant à nouveau son autonomie.

Pour sa façade arrière, elle tenait plutôt de l’orgue avec ses rangées de pédales et de manettes entourant un siège confortable bâti pour accommoder les volumineux fessiers du savant, mais aucun orgue ne serait doté d’autant d’écrans de contrôle dont les aiguilles montées sur des galvanomètres à triple piston représentaient le fin du fin en matière de sensibilité. Le front avant arborait un air beaucoup plus martial avec ses accordéons vitrés fourrés de filaments multicolores, et ses larges bobines montées sur verrins orientables. Au centre de ce dispositif, c’est une puissante chambre à vapeur automatiquement alimentée en charbon qui fournissait toutes les impulsions qui alimentaient l’engin. Les vibrations de la machine étaient capables de désynchroniser toute la chair absorbée par les aéthérites. Certes les rayons affectaient toute forme de chair, et les soldats qui se trouveraient sur son passage seraient pris d’une fameuse nausée, mais sur les aéthérites l’effet serait radical, un effondrement total de la montagne de chair.

ürgismol s’arrêta un instant pour contempler son oeuvre. Sa soif de reconnaissance était sans bornes à présent que les dernières mesures l’assuraient du bon fonctionnement de l’appareil. Il savait que le général avait insisté pour qu’il ne perturbe pas le mariage en faisant la démonstration de sa machine, il savait également que la belle Isabella ne lui pardonnerait jamais d’avoir volé son heure de gloire, mais qu’il était difficile d’attendre avant de partager au monde l’exaltation de la réussite. Pouvait il pardonner à tous ces savants de la capitale qui avaient ridiculisé ses théories sur la synchronisation de la chair ? Il s’assit sur le siège du conducteur et commença à manoeuvrer la machine...

PDF - 210.9 ko

En bonus, la gazette de la vapeur moderne, le journal officiel du royaume ! (à suivre)

P.-S.

Cet article est la suite de l’épisode 2 de la menace invisible, modifié selon la proposition que les aéthérites sont des canards plats furtifs ressemblant aux pierres du désert... La suite est encore plus incroyable.


Statistiques

  • Visites : 214
  • Popularité : 4 %