J.H. Newman (1801-1890)

Ce grand théologien anglican, converti au catholicisme en 1845, a apporté des contributions reconnues dans les deux églises chrétiennes où il a successivement joué un rôle majeur comme théologien et comme mystique.

Sa période anglicane se déroule à Oxford où il est fellow de l'Oriel College et curé de la paroisse anglicane St Mary's.

Sa pensée est marquée par la lecture des pères de l'Eglise, et par une recherche intérieure de son créateur. En 1833, il participe au mouvement d'Oxford qui vise à rendre l'Église anglicane plus indépendante du pouvoir politique. Newman s'oriente vers une interprétation catholique de 39 articles de l'Église anglicane, qui est rejetée par les évêques anglicans si bien qu'il démissionne de sa paroisse en 1843.

En 1845, il se convertit au catholicisme (nous ne voulons rien démontrer en relatant cette conversion). Et il publie un ouvrage où il appuie sa conversion par une analyse de l'histoire de l'Église et de l'importance du corps épiscopal (continuité des évêques depuis Pierre). Il est ordonné prêtre catholique en 1847 et fonde l'Oratoire en Angleterre (à l'image de l'Oratoire romain de St Philippe Neri). Il dirige l'université catholique de Dublin pendant 7 ans, puis une revue progressiste violemment critiquée.

Au visiteur de ce site, nous conseillons la lecture au format poche de ses sermons sur le Christ, de grands textes sur le Christ écrits avec une simplicité inouïe.

Une prière : Conduis-moi, ô douce lumièreretour index